Édition 2015

Baptisée Corps et Frontières, la 6e édition du festival Jours de danse eut lieu les 25, 26 et 27 juin 2015. Ce vaste programme a abordé les limites et autres frontières que frôle et dépasse la danse, dans son rapport aux autres disciplines, à l’espace, au public, au son

Les spectacles

Be Claude

► Compagnie 1 Watt

Voilà, c’est un homme qui lave la vitre. En vérité, c’est peut-être son âme qu’il lave. Et parce qu’il y engage toute son énergie, le voilà bientôt profondément libre, au bord des choses et du monde, en déséquilibre parfait, et naturellement connecté avec l’un des plus grands mystères de la constitution humaine : la part féminine.

Te Odieiro

► Compagnie Hurycan

Au milieu du public, posés directement dans la rue, deux danseurs explorent les possibles de la relation de couple. Avec fougue et une énergie incroyable, ils nous font passer avec humour, de l’amour vache à la plus émouvante des tendresses. Ce duo magnifique tient le public en haleine, tant par sa maîtrise technique que par la prise de risques.

Around

► Compagnie Tango Sumo

Une seule danse, d’un seul trait. Un chœur qui invente son propre cœur.
Ceux qui dansent accordent leurs souffles et en explorent les limites.
En course éperdue ils dansent, pour aller vers l’ailleurs en respirant l’air jusqu’au bout.
Around est une danse à bout de souffle. Un sacre moderne pour la Rue.

La Figure du gisant

► Compagnie Pernette (avec amateurs)

Ballade de spectres, monde entre deux mondes, irréel, parfois lisse, grave et même drôle ; La Figure du gisant met en mouvement des corps à la présence flottante et inquiétante, capable d’écouter les murs, d’observer un passant, de chercher la distance ou d’oser la menace…
Des danses fantomatiques révélées en pleine lumière !

Commandeau

Compagnie Pernette (avec amateurs)

Commandeau est un clin d’oeil chorégraphique et ludique aux jeux d’eau, bassin et fontaine des grands parcs royaux. Ordonnés en véritable ballet, les jets d’eau actionnés par les danseurs traverseront la ville par ses voies piétonnes.
Tracés dans l’espace, en courbe ou zig-zag, risque et plaisir d’être arrosé pour les spectateurs : ce sont là les ingrédients majeurs de cette danse organisée pour un groupe tantôt compact, tantôt divisé en facétieux petits commandos !

Regrets Eternels

► Compagnie Pernette (avec les RIDC)

Comment faire le portrait d’un absent ? Comment retracer son histoire et laquelle?
À partir de douze peintures de la Renaissance, Regret Eternels combine les ingrédients de tout un ensemble de vies rêvées : des caractères, une devise, un son, des énergies, une manière d’être aux autres… pour une séquence en suspend entre présent et mémoire.

Le Bal Planète

Compagnie Pernette et Krachta Valda

Le bal traditionnel de fin de festival s’est à nouveau tenu dans la Cour du Palais Granvelle. En complicité avec le groupe Krachta Valda, la compagnie Pernette y a confectionné une soirée danses et musiques du monde entier ; voire plus loin encore, au-delà des frontières terrestres : et pourquoi pas une valse martienne ?

Avec des amateurs de tous horizons…

Tout au long de l’année, plusieurs groupes de danseurs amateurs, ont eu l’occasion, sur une thématique particulière, de créer des objets chorégraphiques présentés lors du festival.

Ombres

Avec le Conservatoire à Rayonnement Régional de Besançon

Ombres est un voyage dans le monde des fantômes.
Comment les révéler en sons et en mouvements ?
Flottement, lenteur immatérielle ou vitesse extrême, la nature diverse et changeante de ces êtres sera révélée dans une véritable galerie de portraits, elle-même secouée par une bande d’esprits frappeurs amoureux des rythmes et enveloppée d’une musique de l’au-delà !

La Mémoire des murs

► Avec les lycées professionnels Jouffroy d’Abbans (Baume les Dames) et Jacques Prévert (Dole)

Ce projet mené pendant l’année scolaire, a embarqué lycéens et enseignants dans une mise en mouvements et en sons des fantômes de leurs établissements ! C’est le croisement de ces deux ateliers danse et musique qui se sont retrouvés cet été en complicité sur la pellicule.


Aller à l’édition précédente :

Aller à l’édition suivante :